Nikon-pano

Nippon Kogaku

Ce pourrait être un cul de basse fosse…

… mais ces voutes vénérables abritent un bon échantillon de la production d’une des plus prestigieuses marques d’appareils photographiques. La marque « Nippon Kogaku KK », maintenant NIKON, a commencé ses activités en 1917 pour produire des verres d’optique, surtout destinés au domaine scientifique. Très vite, l’activité s’est étendue à la construction d’instruments scientifiques de précision, microscopes, jumelles et autres, principalement à destination du marché civil. Lors du dernier conflit mondial, toutes les usines Nippon Kogaku sont affectées aux besoins des militaires. La paix revenue, les fabrications civiles reprennent sous l’égide des Américains qui occupent alors le Japon. Les fabrications incluent le calcul d’objectifs, d’abord pour des marques japonaises, puis, la qualité étant reconnue, pour des appareils à objectifs interchangeables de marques étrangères, dont les prestigieux Leica et Contax dont étaient équipés les reporters de l’époque. Des objectifs aux appareils, le pas est vite franchi, mais contrairement à de nombreux constructeurs, Nikon refuse la facilité consistant à cloner l’appareil le plus populaire d’alors, le Leica II, pour concevoir un hybride entre ce dernier et le Contax, son challenger. Ainsi nait la série des télémétriques Nikon, accompagnée d’une impressionnante panoplie d’accessoires qui en fait un système très performant. La présentation de l’appareil reflex Nikon F est une étape importante. La visée reflex permet en effet d’aborder avec aisance tous les champs de la photo scientifique, de la microscopie à l’astronomie, mais aussi l’usage des téléobjectifs dont les photographes deviennent friands. Là aussi, Nikon va développer un système complet permettant de répondre à toutes les éventualités possibles, collaborant quand cela est nécessaire avec les grands organismes de presse ou les institutions comme la NASA.

Pour la photographie sous-marine, Nikon rachète les brevets du Calypso-Phot, premier appareil vraiment conçu pour aller sous l’eau. De perfectionnement en perfectionnement, la gamme des Nikonos atteint des sommets avec le Nikonos V, appareil reflex automatique. Que de chemin parcouru !

Une vitrine est dédiée à l’histoire de la Photographie Numérique.

Elle montre la rapidité de cette évolution encore en cours. On peut y voir un dos numérique, scannant l’image en trois passes pour la couleur, et dont le temps d’acquisition d’un cliché était supérieur à celui d’un daguerréotype ! La boucle est refermée… et notre visite se termine…


Un reportage dans le Fort Knox de la Maison de la Photographie où vous pourrez voir (quelques unes) des pièces rares ou même très rares sorties des usines Nikon.